CGEDD (Conseil général de l’environnement et du développement durable) - Ministère de la Transition écologique

Mission d’écoute des acteurs impliqués dans le devenir de la tourbière de Baupte dans le département de la Manche

publié le 15 septembre 2021

Située au cœur du parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, dans le département de la Manche, la tourbière de Baupte qui s’étend sur plus de 600 ha est exploitée industriellement depuis plus de 70 ans. D’abord pour la production de combustibles et maintenant de substrats de culture, cette exploitation doit cesser en 2026. Cette exploitation dite hors d’eau a été rendue possible par un dispositif de pompage estival qui a eu pour résultat de dégrader fortement les qualités écologiques de cette tourbière et a conduit ainsi à un tassement des sols qui va provoquer ces prochaines années un ennoiement ou une fragilisation d’environ 300 ha de terres agricoles valorisées par une trentaine d’éleveurs. Depuis dix ans, plusieurs tentatives pour imaginer un devenir à cette zone ont été conduites sans qu’un accord ait été trouvé entre les acteurs locaux dont les intérêts divergent. Cette zone présente un intérêt écologique majeur, compte tenu de son statut de zone humide très riche en habitats tourbeux et en espèces protégées. Elle constitue un spot de biodiversité ornithologique, est labellisée dans le cadre de la convention internationale Ramsar depuis 1999. Dans le cadre de Natura 2000, elle fait l’objet d’une zone de protection spéciale (ZPS) au titre de la directive européenne oiseaux et d’une zone de spéciale de conservation (ZSC) au titre de la directive européenne habitats. C’est à la croisée de ces enjeux à la fois écologiques et agricoles que la mission a proposé une méthode de travail et un calendrier pour anticiper les conséquences d’arrêt d’exploitation. Trois conditions préalables de réussite ont été identifiées par la mission : l’arrêt d’exploitation de la tourbière en 2026 ; mettre en place un comité restreint et permanent de pilotage de la démarche (groupe projet) ; mandater et légitimer le parc naturel régional (PNR) comme animateur et porteur du plan d’action, organisé en plusieurs chantiers. La mise en place d’un plan d’accompagnement des éleveurs concernés a été considérée comme le chantier prioritaire ainsi qu’une stratégie d’acquisition foncière des marais communaux qui seront ennoyés. La définition d’une véritable stratégie scientifique pour ce site, qui doit s’articuler avec les autres zones d’intérêt écologique majeur du PNR, constitue le deuxième axe de travail. C’est sur la base de ces travaux que pourra être initiée une démarche de valorisation territoriale de ce site autour du concept de tourisme de nature. Il faudra enfin s’attacher dans un chantier spécifique à préparer la fin de l’exploitation industrielle de la tourbière. Ces différents chantiers vont nécessiter de réunir une conférence des financeurs pour initier et animer la démarche et pour conduire les premières études agricoles. Les grands partenaires du dossier doivent lancer ce processus avant l’automne 2021 pour engager le chantier agriculture et initier la dynamique de travail. Les partenaires financiers potentiels identifiés doivent être mobilisés sans attendre.
Auteurs : Christophe Viret, CGEDD ; Frédéric André, CGAAER
Publié le 15 Septembre 2021
Rapport n° 013563-01

  • Rapport n° 013563 01  (format pdf - 8.1 Mo - 14/09/2021)Temps de téléchargement estimé : 2 min 12 s (512 K), 1 min 6 s (1024 K), 33 s (2 M), 13 s (5 M).