Mars 2013

publié le 11 mars 2013
Friggit mars 2013

Les graphiques sur le prix de l'immobilier d'habitation sur le long terme ont été actualisés.

To English page: the charts about home prices in France in the long run have been updated.

a) Prix
Au quatrième trimestre 2012, le prix des logements anciens en France, rapporté au revenu par ménage, est supérieur de 77% à la tendance longue qu'il avait suivie sur la période 1965-2001. Ce dépassement est très différencié géographiquement (graphique 2.4.). Aux Etats-Unis, par contre, le prix des logements est voisin de son niveau historique par rapport au revenu par ménage (graphique 2.2.).
Depuis 2002, donc en 10 ans, le prix des appartements a augmenté plus rapidement que celui des maisons de 24% en Ile-de-France hors Paris et de 19% en province (graphique 6.1.).
Bien que les taux d'intérêt demeurent historiquement faibles (graphiques 1.4. et 3.3.), le pouvoir d'achat immobilier reste au voisinage de ses plus bas (graphique 3.2.). Pour acheter le même logement "toutes choses égales par ailleurs", un primo-accédant doit s'endetter sur 29 ans, contre 15 ans en 1965 ou 2000 (graphique 3.4.).
Fin février 2013, le prix des actions est inférieur à sa tendance longue bicentenaire de 33% en France et de 20% aux Etats-Unis (graphique 1.3.).

b) Volumes
Le nombre de ventes de logements anciens cumulé sur 12 mois était de 665 000 à fin janvier 2013 (graphique 4.2.), contre 709 000 à fin décembre 2012 et 805 000 à fin décembre 2011. NB: suite à la publication par des tiers d'interprétations erronées, on rappelle que cet effectif inclut exclusivement des maisons et des appartements vendus à l'unité, à l’exclusion des locaux professionnels, des immeubles entiers et des locaux annexes (cave, garage, fraction de parties communes, etc.) vendus séparément. Pour plus d'informations sur le mode de calcul, cf. le §1.1. de cette note de méthode. La forte baisse de cet effectif de décembre 2012 à janvier 2013 (- 44 000) est pour environ les trois quarts le contrecoup du pic de transactions de janvier 2012: de nombreux vendeurs de résidences secondaires et de logements locatifs avaient alors anticipé leurs ventes avant un durcissement de l'imposition des plus-values immobilières à compter du 1er février 2012.
A fin janvier 2013, le montant annuel des transactions de logements anciens est inférieur de 5% à la tendance longue qu'il avait suivie sur la période 1967-2000 (graphique 2.1.). Sur un an, il a diminué de 20% et le montant trimestriel des transactions, plus réactif mais plus volatil, a diminué de 30% (graphique 4.3.4.). Cette forte diminution est elle aussi en partie le contrecoup du pic de transactions de janvier 2012.
Le flux des nouveaux crédits aux ménages pour l'habitat poursuit sa diminution en proportion de leur revenu disponible (graphique 5.3.).

c) En conclusion, si le montant total des transactions est voisin de sa tendance longue, c'est par la conjonction de prix qui sont très supérieurs et de nombres de transactions qui sont très inférieurs à leurs tendances longues respectives (graphique 6.3.).

Questions fréquentes

Derniers documents mis en ligne

Dossier réalisé par Jacques Friggit (CGEDD) au titre de la mission de veille et de prospective du CGEDD. Les analyses et points de vue exprimés sont ceux de leur auteur et, en particulier, n’engagent pas l’Administration.